épisode 7 Dead Weight | OpenLoad | Matthew Vaughn
 
Gilles Prevel
Biographie

"Je n’ai pas vraiment de méthode. J’écris par bribe. Par quart d’heure. Comme une envie de pisser, comme une fringale.
Je n’ai rien à dire et j’en fais une œuvre, c’est tellement représentatif de ce que m’inspire le monde."

J'ai consacré la majeure partie de mon existence à la musique. J'étais auteur-compositeur, dans une vie antérieure.
"Même pas en rêve" est mon premier roman et demi. Le précédent n'étant, objectivement, pas abouti.

Un merci à ceux qui consacreront de leur précieux temps à mon livre.

Gilles Prevel a publié

Gilles Prevel a noté ces livres

5
Admirablement bien écrit. Une plume maitrisée, précise et pourtant si humble. L'un des meilleurs livres qu'il m'ait été donné de lire sur mBS, si ce n'est le meilleur. Votre sens du détail m'a scotché. Un immense bravo monsieur Périgot. Il me tarde de vous relire très prochainement.
Publié le 12 Juin 2018
5
Très cher Pantinois, vous virez fou et c'est très agréable à regarder (comprendre : à lire) !
Publié le 20 Avril 2018
5
Un récit, entre le coup de gueule et le coup de blues. De l'humour, de la hargne et de la rancune aussi. Je comprends votre point de vue, étant moi-même un ex-zikos chevelu, issu d'un groupe de rock/metal (signé) qui a splitté, ou baissé les bras, c'est selon. La majeure partie de ce que vous écrivez, tous les musiciens métalleux de l'hexagone l'ont ressenti à un moment ou un autre. Ca ne fait pas de mal que quelqu'un le dise haut et fort. Cependant, je n'adhère pas à tout ce que vous dites. Concernant le rap par exemple. Derrière les tonnes de soupe formatée qui tournent en boucle sur les ondes, il en existe du bon. Du très très très bon même. A vrai dire, les rappeurs (les vrais) pourraient tout à fait écrire le même genre de "pamphlet" Le problème ne vient pas du public en france, mais plutot des D.A. qui pensent savoir mieux que les autres, ce que Monsieur et Madame Tout-le-monde veulent se mettre dans les oreilles. C'est triste. Je crois qu'au fond, il faut admettre que la musique, ce n'est pas si grave. Quand on a "sacrifié" toute son existence à faire du son, c'est difficile à admettre, mais... Je vous remercie pour le partage. J'ai pris plaisir à vous lire, un peu comme une private joke de 80 pages. Bonne continuation et gaffe aux acouphènes ! Stay rock !
Publié le 27 Mars 2018
5
@Pantinois J'ai terminé votre livre et comme l'a justement dit Marie, l'humour laisse doucement place à quelque chose de plus dense. Même si, à mes yeux, l'humour peut l'être tout autant. « je me dépêche d’en rire pour ne pas avoir à en pleurer. » Tout nous force à pleurer, alors que rien ne nous oblige à rire, c'est bien là la puissance de l'humour. J'ai pris plaisir à vous lire. Il y a de la maitrise certes mais surtout beaucoup d'intelligence. Les passages sur l'écriture sont tout à fait jouissifs. "Tiens Elmore… dans ta tombe, retourne-toi, c’est pour toi !!!!!!!!!" m'a scié en deux. Je vous félicite une nouvelle fois pour votre travail et un grand merci pour le partage !
Publié le 25 Mars 2018
5
J'ai cru comprendre que les commentaires interminables n'étaient pas trop votre tasse de thé (ou votre verre de Jack, c'est selon) ; aussi, j'ai décidé de me passer de verbe : puissant, viscéral, imprégné, désopilant, saturnien... En un mot comme en cent : brillant.
Publié le 24 Mars 2018

Pages