Gabriel Monroe Eckert | Euphoria HD | Hunting Emma
Actualité
Le 08 avr 2018

NOUVEAU : Concours de nouvelles monBestSeller, "Sous les pavés, quelle plage ? "

Que vous ayez 7 ans ou 77 ans, il y a quelques slogans qui bercent votre vie. C’est un capital, un capital culturel. Ces slogans sont presque vidés de leurs sens maintenant, tant ils ont été répétés en ritournelles. Ils ont été pourtant conçus dans un élan irrépressible : mai 1968. Une dynamique de révolution, et surtout l’inédite union d’une jeunesse qui veut refaire le monde… La pilule, le droit à l’avortement, ni Dieu, ni maitre, la solidarité et ce sentiment invincible de droit à la liberté.

 

Plus qu’une révolution, une libération

Tout a changé depuis 1968. Et pourtant les images mythiques expliquées aux générations qui montent, les laissent presque indifférents aujourd’hui…Parce que si la révolution était annoncée, c’est  une forme de libération qu’on nous a servi. Une liberté ahurissante, étourdissante, angoissante presque… Mai 1968 ce n’est peut être pas une rupture, mais c’est une crise, une renaissance joyeuse, un coup de torchon, qui a exaucé un rêve de liberté qui s'est insidieusement transformé en modernité. 

Mais tout s'est fait avec des affiches, des slogans qui ont marqué les générations suivantes, bien au delà de nos frontières.
Politique et poétique, la beauté est dans la rue et dans les mots. La liberté des mots.
Il est donc temps de relancer la révolution en 2018 par les mots.

 

Le Pitch : Créez votre slogan pour mai 2018

Au même titre que:
"Soyez réaliste, demandez l’impossible" qui officialise et légitime la caste de ceux qui rêvent.
"Je suis marxiste tendance groucho" qui dédramatise la politique, et fait un pied de nez au libéralisme paresseux.
"Fermons la télé, ouvrons les yeux" qui réduisait l’ORTF a un outil de propagande… qui avachit les esprits.
"Il est interdit  d’interdire" :  un simple défi aux voies toute tracées, mais qui au fond était le plus anarchiste… des mots d’ordre.

> Vous venez de créer pour mai 2018 le slogan qui va marquer le 21 ème siècle. 

Il couvrira la France : panneaux, usines, mairies. Dès le mois de mai, les Universités s'en emparent, porté par les Artistes, revendiqué par les travailleurs…
Un immense débat se crée, les media s'en mêlent, relayent, la foule s’en empare.

Vous serez attaqué sur sa signification et ses conséquences ou loué pour la sagesse et le message qu'il porte. Il sera répeté, utilisé, usé tant il fera partie de vie quotidienne de la génération 2018.

Sur monBestSeller, vous allez raconter l'histoire de votre slogan, comment vous l'avez conçu, les traces qu'il a laissé, en quoi il a changé le monde ou le vôtre.

 

Les règles à respecter pour participer au concours de nouvelles

- Être inscrit sur le site monBestSeller.com. C'est facile et gratuit !

- De 4 000 minimum à 8 000 caractères maximum (espaces compris), sur fichier Word, en Times corps 12 et interligne 1,5.
- Le nom de l’auteur et le titre de la nouvelle (autre que le titre du concours) doivent absolument :
     - Débuter la nouvelle. 
     
     - Et nommer le fichier Word envoyé*.

- Le site s'accorde le droit d'écarter tous les écrits non conformes.
* L’envoi d’une nouvelle vaut acceptation de publication dans les recueils.

 

Date limite d’envoi des nouvelles : 15 mai 2018

Mardi15 mai à minuit à [email protected]

 

Résultats du concours : 30 mai 2018

Annoncés dans un article publié sur le site et promus sur les réseaux sociaux.

 

Les 50 meilleures nouvelles seront publiées en recueil sur monBestSeller.com

En lecture et téléchargement gratuit sur le site avec une large promotion sur les réseaux sociaux.

14 CommentairesAjouter un commentaire

Ouuuuuuf! Nouvelle envoyée ! Et j’ai pas mal ramé cette fois ci sur ce sujet captivant au premier abord et très compliqué à traiter en fin de compte.
Le mot « hors sujet » revient souvent dans vos commentaires et je comprends ce sentiment qui s’est invité au bout du stylo pendant les 4 douloureuses semaines de rédaction qu’il m’a fallu pour orchestrer ma prose. Néanmoins, contente d’avoir participé et impatiente de vous lire tous!

Publié le 16 Mai 2018

Bonjour à tous. Moi je ne suis pas tombée dans le panneau du hors sujet. Mais c'est pas mieux. J'ai bien lu le titre, étudié les consignes, et je me suis dit, Rhooo... qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire avec ça ? (pour ne pas dire quel thème de m.... : ). J'ai posé mes idées sur le papier et je me suis enlisée pendant deux semaines. J'en ai fait une mais j'en ferai pas deux ! Pas trop vite, Fernand, sur la route, j'ai pas fini de lire vos nouvelles. Quatre-vingt, c'est bien. :) Bonne chance à tous. Pour répondre à jbtanpi, moi j'aurais mis les deux.

Publié le 15 Mai 2018

Bonjour à tous
Moi aussi, je suis de l’avis de @lamisch, d’ailleurs dès que j’ai lu le sujet, j’ai pris mon clavier GTI et illico presto, j’ai écrit un texte dont j’étais satisfait. Mais à la relecture je me suis aperçu que j’étais parfaitement hors sujet, ce texte, peut-être que je le publierai après les résultats du concours. (Je suis sûr d’être hors sujet puisque cette histoire se passe en mai 68 et défend le slogan « faites l’amour, pas la guerre ! »)
Après, comme sûrement beaucoup d’entre vous, je n’ai pas du tout été inspiré par le sujet. J‘ai donc laissé tomber. Et je suis parti en vacances dans le Luberon. J’en ai profité pour lire des textes. Et puis voila, que tout à coup en m’exerçant à rouler à quatre-vingt à l’heure entre Fontaine du Vaucluse et Manosque, j’ai eu une idée.
Voila c’est fait, c’est écrit, personnellement, je me sens à l’étroit dans les huit-mille caractères espaces compris. Mais j’ai fait le con,torsioniste et j’ai fait rentrer mon histoire dans la boite : Concours Mai 2018 de Mbs.
Bonne chance à toutes et à tous (j’en pense pas un mot, non, je déconne, c’est pas vrai !)
Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire... etc...
Fernand Fallou

Publié le 14 Mai 2018

@monBestSeller
Le nom de l'auteur qui doit débuter la nouvelle est-il mon "nom d'utilisateur" (pseudo), ou bien celui que j'ai renseigné au niveau de "mes droits d'auteur" ?
Merci, et bonne chance à tous !

Publié le 05 Mai 2018

je n ai rien d'un écrivain , mais décide de tenter l'aventure avec 2 livres ici a mon actif je me dis pourquoi pas ?

Publié le 03 Mai 2018

@monBestSeller
C'est fait, envoyé, posté !
Sauf grève surprise, mes errements révolutionnaires doivent être arrivés...
Riez autant en les lisant que je me suis esbaudi en les écrivant ( ? - ! )
Les oreilles me tintent de votre joie...
Cordialement et avec humour.
Philippe.

Publié le 02 Mai 2018

Un soulagement de savoir qu'il n'y aura pas de hors sujet, car comme @lamish, je me voyais bien partie dans cette direction !!!
J'ai pris un réel plaisir à participer l'année passée, alors je recommence simplement pour le plaisir d'écrire.
Bonne chance à toutes et à tous.
Cordialement.
Elisa

Publié le 01 Mai 2018

@lamish C'est évidemment un sujet qui interroge. Il n'implique pas une maîtrise de la culture "68", mais pose plus largement la question d'une forme d' idéal, de combat. D'ailleurs y-en a t'il encore ? C'est peut être cela que vous devez dénoncer :-))
Que ce soit militant, poétique, culturel, amoureux, humanitaire...mais sans doute dans une contestation.

Publié le 23 Avril 2018

Ce nouveau sujet me met en verve... Je pense tremper ma plume dans le vitriol de mon cocktail !
Cordialement et avec humour.
Boris Phillips.

Publié le 21 Avril 2018

Bonjour chers tous,

Moi par contre je suis carrément à côté de la plaque. Je n'étais ni de ce monde et je n'ai jamais eu vent de quoi que ce soit. Du coup je manque de repère en espèrant trouver un quelconque déclic. J'ai tellement attendu ce concours que je n'imagine même pas, ne pas y apporter ma partition...

Publié le 20 Avril 2018

Pour répondre à Iamish, certes, 1968 était un élan collectif. Au-delà de la fiction, et sans perdre de vue le sujet, "créer le slogan de mai 2018", ce concours peut permettre à ceux qui étaient enfants en 1968 (j'avais 9 ans) d'exprimer leur ressenti de cet événement. On parle toujours de mai 1968 via les "grands" d'alors qui l'ont vécu et évoquent leurs souvenirs, ou via les adultes d'aujourd'hui qui à leur tour veulent refaire le monde. Mais on se pose rarement la question de savoir comment ceux qui avaient une dizaine d'années à l'époque, ont compris ce qui se passait, comment on leur a expliqué alors, quelles images ils ont retenues... Du coup, souhaitent-ils/elles aujourd'hui, lancer un nouveau slogan ? Où en craignent-ils/elles une éventuelle inanité ? J'ignore si j'irai au bout de ma nouvelle, mais l'aventure est tentante et je vais m'efforcer d'être franc sur le sujet...

Publié le 19 Avril 2018

Merci et bonne chance à vous aussi :). Michèle

Publié le 18 Avril 2018

@lamish Je vais m'y mettre aussi. Bonne chance !

Publié le 18 Avril 2018

68 était un élan collectif. Le recréer en 2018 suppose d'interpeller des individualités confortablement retranchées dans leur cocon virtuel qui leur permet d'ouvrir leur gueule sur le net sans toucher le moindre pavé. De nos jours, ceux capables de lancer des pavés ont la haine et ne combattent pas pour l'amour et la liberté... Alors, c'est une fiction que vous nous demandez d'imaginer. Une fiction qui supposerait que l'action de l'époque soit reconnue, regrettée, et ait été relayée durant 50 ans, ce qui est le cas d'une tranche trop infime de la population pour que le message soit entendu. Pour ma part, je vais probablement faire un hors-sujet... Désolée ;). Amicalement. Michèle

Publié le 16 Avril 2018